Filière Hélicoptère

TOUTES LES INFOS SUR LA FILIÈRE HÉLICOPTÈRE

Vous rêvez de devenir pilote d’hélicoptère ou de travailler dans ce domaine, cette page est pour vous….

LES BREVETS, QT, HABILITATIONS ET FORMATIONS

  • Pilote privé (PPL-H = Private Pilot Licence – Helicopter) vous permet d’effectuer des vols loisirs. Il sera interdit de se faire rémunérer pour emporter des passagers, du fret ou d’effectuer un travail aérien. Ce brevet valide le « vol à vue » (VFR = Visual Flight Rules) uniquement.
  • Pilote Pro (CPL-H = Commercial Pilot Licence – Helicopter) : pour percevoir une rémunération et ainsi d’en faire son métier.
  • Pilote de ligne (ATPL-H = Air Transport Pilot Licence ) : permet de devenir Pilote de Ligne dans une compagnie. Formation de 18 mois maximum.
  • QT (Qualification Technique) : la réglementation impose aux pilotes de passer des « QT » afin d’acquérir des compétences spécifiques :
    • IFR (Instrument Flight Rules) : la QT IFR, « vol aux instruments » : permet de voler sans visibilité uniquement aux instruments de vols. Note : certains appareils n’en sont pas équipés (vols de nuit ou dans les nuages impossibles).
  • QT sur une machine particulière : cette QT ne permet de voler que sur un seul type d’appareil. Exemple, la QT Robinson R44 ne permet pas de voler sur un hélicoptère Robinson R22 ou autre. Le pilote sera donc « qualifié » c’est à dire autorisé à voler, uniquement sur la machine dont il possède une QT valide. Une QT représente entre 5 et 10 h de vol afin d’assimiler les contraintes techniques de la machine ou de l’environnement.
  • QT pour compétence particulière :
    • Levage : ravitailler un refuge, transporter un pylône…
    • Monomoteur ou Multimoteur
    • Treuillage
  • Habilitation Vol de nuit : permet aux pilotes de voler en dehors des heures de jour (30 minutes avant et après le lever et le coucher du soleil).
  • Formation complémentaire aux zones exiguës : afin d’acquérir les techniques et les procédures de reconnaissance d’un site d’atterrissage ainsi que les repères appropriés, sans oublier les informations réglementaires. A l’issue de la formation, une attestation vous sera remise en vue de l’obtention de la carte « hélisurface », autorisant à se poser en dehors d’un aérodrome, aéroport ou altiport.
  • Prorogation et Renouvellement : tous les brevets, PPL-H, CPL-H…. et QT, ont une prorogation (renouvellement) tous les ans. Il sera donc nécessaire d’effectuer un vol avec un Instructeur habilité chaque année.

ET POUR PASSER SON BREVET…

La première chose à faire que ce soit pour être privé ou pro, est de se rapprocher d’un club (école) près de chez vous : Liste des clubs sur le site de la Fédération Française d’Hélicoptère

Ensuite passer votre brevet :

Pour le PPL-H, les conditions générales d’obtention sont :

  • Avoir obtenu un certificat médical de classe 2 auprès d’un médecin agréé
  • Avoir 17 ans révolus le jour de l’examen pratique en vue de l’obtention de la licence
  • Avoir accompli au minimum 45* heures de vol avec :
    • au minimum 25 heures de vol en double commande
    • au moins 10 heures en solo supervisé, comprenant au moins 5 h de navigation en solo (et au moins un vol de 185 km au cours duquel 2 atterrissages complets seront effectués sur 2 aérodromes différents de celui de départ)
  • Obtenir avec succès les examens théoriques et pratiques prévus par arrêtés

*Les titulaires d’une licence de pilote d’avion, planeur ou motoplaneur peuvent bénéficier d’une réduction du nombre d’heures de vol nécessaires de 10 % à concurrence de 6 heures : le minimum réglementaire d’heures à effectuer peut donc passer à 39 heures si le pilote peut justifier d’au moins 60 heures de vol en tant que pilote commandant de bord d’avion, planeur ou motoplaneur et une licence correspondante.

Note : en général, il est plutôt rare d’obtenir votre licence en 45 heures. La moyenne étant entre 60 et 70 heures en France.

Brevet
Passe son Brevet

Et pour le CPL-H ou l’ATPL-H, les conditions générales d’obtention sont :

  • Avoir 18 ans (CPL) ou 21 ans (ATPL) révolus le jour de l’examen pratique en vue de l’obtention de la licence
  • Avoir obtenu un certificat médical de classe 1 (examens plus poussés que pour la classe2) auprès d’un médecin agréé
  • Avoir subit une formation théorique approuvée dans un organisme agréé
  • Avoir effectué un nombre d’heures plus conséquent (135 pour le CPL, 1000 pour l’ATPL) que pour le PPL
  • Obtenir avec succès les examens théoriques et pratiques prévus par arrêtés
  • Puis ensuite les QT ou habilitations en fonction de l’activité : Vol de nuit, IFR…

Le Brevet (PPL-H) est composé de 3 parties : Théorique, Pratique et de l’Examen final. En voila un aperçu…

Le « Théorique »

Que ce soit pour le PPL-H, le CPL-H ou l’ATPL-H, il faudra travailler votre « Théorique ». Le théorique se compose généralement de 2 modules : une Épreuve Commune et une Épreuve Spécifique. Il faut prévoir une petite journée d’examen dans le centre DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile) de votre région pour passer les 2. Exemple pour un PPL-H :

  • L’épreuve commune est un QCM de 48 questions, durée 1h15 maximum : composée de plusieurs modules comme, la Réglementation, les Performances Humaines, la Météorologie et les Communications.
  • L’épreuve spécifique est un QCM de 72 questions, durée 1h55 maximum : composée de plusieurs modules comme, les Principes du Vol, les Procédures Opérationnelles, la Performance Opérationnelle, la Navigation et la Connaissance Générale de l’Aéronef.
Exemple d’un QCM « Épreuve commune » PPL-H de chez easy-PPL

Afin de bien vous préparer à cet examen et de s’entraîner aux fameux QCM, il existe plusieurs outils à votre disposition : ouvrages, sites en ligne (QCM) ou encore dans votre club avec vos instructeurs qui sont là pour ça!

Les principaux livres (liste non exhaustive) sont :

  • Le Manuel du pilote d’avion (conforme AESA) aux éditions Cépaduès (prendre la dernière édition) : c’est un peu la bible. Malheureusement il n’existe pas d’équivalent en hélico, mais vous y trouverez l’essentiel pour voler.
  • Théorie élémentaire de l’hélicoptère de Roger RALETEZ aux éditions Cépaduès : c’est la deuxième bible à posséder. Vous y trouverez le mécanisme de la machine, les forces, l’aérodynamisme spécifique à l’hélico.
  • Le « Manuel de vol » du constructeur de la machine sur laquelle vous allez voler (souvent dispo dans votre club ou sur le site du constructeur).
  • Le pilotage des Hélicoptères par Georges DOAT aux éditions ALTIPRESSE : pour avoir des infos sur le pilotage
  • et enfin toute la série « L’Hélicoptère et son code de bonne conduite » écrite par Régis Le Maitre et Bernard Certain, aux éditions Cépaduès : Navigabilité, Réglementation, Situations particulières, Manuel de vol, Météorologie, Mécanique de vol …
  • Bien sûr votre club et vos instructeurs peuvent aussi vous conseiller d’autres ouvrages!!!
Livres_théorique
Livres pour théorique hélico

Les principaux sites en ligne payants (liste non exhaustive) sous forme d’un abonnement, sont :

La « Pratique »

Et pour la pratique, des cours de pilotage seront dispensés par les instructeurs de votre club. En général ce sont des leçons d’une heure ou plus en fonction du programme officiel AESA (exemple pour la navigation c’est souvent 2h de vol), composées d’un briefing, du vol et d’un débriefing. Une fiche de suivi de chaque leçon sera remplie par votre instructeur afin de valider votre progression.

Conseil : il faut être assez assidu pour progresser. C’est à dire, si possible, ne pas faire une « pause » de plusieurs mois entre 2 vols! En général vous allez progresser par « Étapes »: le stationnaire, le vol en palier, les virages, le décollage, les approches, la navigation et surtout les procédures d’urgence( autorotation, pannes en tout genre…) etc etc… bref de quoi se faire plaisir . Si l’on compare au permis voiture et bien je dirai que c’est comme la première fois que vous entrez sur l’autoroute après votre permis… il y a du stress… mais au bout de plusieurs heures, les réflexes sont acquis et là c’est que du bonheur!

instruction_R44
instruction_R44

Quand votre instructeur le jugera, vous serez « lâché solo », c’est à dire : voler tout seul sans instructeur à bord . Un GRAND moment dans la vie d’un pilote! Ensuite viendra l’apprentissage des « Navigations », ou comment faire un circuit de plusieurs Km avec plusieurs étapes et ou posés.

« L’examen final »

Il sera composé de plusieurs étapes et validé par un « Inspecteur Fédéral  » :

instruction
Préparation de la Navigation
  • Une visite « pré vol » de la machine selon les recommandations du constructeur
  • Une navigation d’une heure, à préparer une petite semaine à l’avance
  • Du travail au sol : déplacer l’hélicoptère sur le « H » dans tous les sens , savoir effectuer un carré, un rond, tenir un stationnaire, en gros la maniabilité de la machine.
  • Effectuer les procédures de sécurité (cela se fait généralement pendant la navigation) : panne moteur, posé en auto rotation…
  • Un QCM à remplir sur la machine sur laquelle vous serez qualifié.
  • Et si vous réussissez… une surprise vous attend… vous serez surement baptisé par vos instructeurs…(prévoir une tenue de rechange !!!!). Ce sera l’ultime « étape »… bienvenue dans la famille des pilotes d’hélico !

Ce dont vous aurez besoin…

Afin de réaliser, dans de bonnes conditions, votre brevet vous aurez besoin d’investir dans certaines choses (liste non exhaustive), comme :

  • Une sacoche Pilote : afin de classer les papiers, cartes etc… pour votre vol. Un simple sac à dos fait aussi l’affaire
  • Un casque : votre club vous le prêtera pendant votre formation, mais vous pouvez aussi investir dans un casque. David Clark, Bose… sont les principales marques.
  • Une casquette : fortement conseillée pour éviter le soleil en pleine figure.
  • Un gilet de sécurité : obligatoire si vous vous posez sur un aéroport pour pouvoir vous déplacer sur les pistes, les taxiways…
  • Une paire de lunettes de soleil avec des verres polarisants et des branches très fines (pour éviter d’avoir mal aux oreilles avec la pression du casque!).
  • Un petit « book » avec vos différents papiers : carte d’identité, licences, certificat médical, papiers de l’appareil (assurance, carte essence etc). Un peu d’argent liquide et un téléphone portable (batterie pleine) si vous devez vous poser en urgence dans la pampa c’est utile.
  • Un Chronomètre : très utile pour les Nav afin de « Toper  » le temps sur un point de passage et de vérifier certains paramètres au point suivant (temps, distance, carburant etc..).
  • La pochette VFR de l’année en cours, qui comporte un ensemble de publications cartographiques indispensables à la pratique de la radionavigation. Elle se décline en sept formats différents : une pochette VFR simple et six pochettes régionales, correspondant à une pochette VFR simple + une carte régionale du SIA à l’échelle 1/250 000e. Elle se compose :
    • des cartes aéronautiques de la France Métropolitaine (Nord et Sud) à l’échelle 1/1 000 000e;
    • de la carte aéronautique Réseau Très Basse Altitude (RTBA) ;
    • du complément aux cartes aéronautiques ;
    • d’une carte régionale à l’échelle 1/250 000e (Région parisienne, Lyon – Vallée du Rhône, Nice – Côte d’Azur, Marseille – Delta du Rhône, Toulouse – Région Occitanie, Strasbourg – Alsace-Lorraine), pour les pochettes VFR régionales uniquement.
  • La « Checklist » de votre appareil : pour la mise en route, l’arrêt et les procédures d’urgence.
  • Une petite lampe torche : indispensable pour effectuer la visite « pré vol » de votre machine.
  • Les cartes d’approche et d’atterrissage à vue ou VAC  (Visual Approach Chart) : donnent les infos les axes des pistes, altitudes fréquences… Exemple d’une carte VAC de l’aérodrome du Versoud (LFLG) à coté de Grenoble (38) : LFLG.pdf
  • Une Carte 1/500 000 AERO
  • Log de Nav et check point avec toutes les infos résumées pour effectuer son vol : distances, fréquences, routes, altitudes etc etc…
  • Stylos, règles et compas AERO : pour bien préparer vos Nav.
  • Une planchette de vol : outils indispensable pour la navigation. Elle se fixe sur votre jambe et permet d’avoir à disposition, les cartes, vos notes etc…
  • Les tablettes tactiles (type ipad ou autres) pour la navigation, sont interdites pour l’examen! Vous devrez effectuer votre Nav avec une carte papier 1/500 000. Ensuite quand vous aurez votre brevet, la tablette sera la bienvenue à bord. Il existe plusieurs logiciel de navigation AERO étudiés spécialement pour cela, ex: MACH7, VFR-pilot…. Ils permettent de préparer sur un PC sa navigation (cartes, calcul du centrage, du carburant, points tournants, météo, notam, taf ,metars, azba etc) et d’ envoyer le tout sur votre tablette (idem votre GPS dans votre voiture).
  • Carnet de vol : afin d’y noter vos heures de vol
  • Tout autre chose que vous jugez utile!

LES MOYENS POUR DEVENIR PILOTE

  • L’armée : la voie de l’armée permet aux pilotes d’acquérir beaucoup d’heures de vols et de compétences. Engagement sur plusieurs années avec des opérations extérieures (OPEX) obligatoires (missions de 2 à 6 mois en opérations souvent dans des pays en guerre ou pour des missions de maintien de l’ordre, de renseignements ou humanitaires). L’armée c’est aussi la Gendarmerie, de plus, la plupart des pilotes Pro de la Sécurité Civile, du SAMU, sont souvent des anciens militaires avec beaucoup d’expérience et d’heures de vol (entre 1500 et plus).
    • Important : les diplômes et brevets de l’armée ne permettent pas de voler dans le civil. Il faudra alors, pour la conversion d’une licence « Armée » vers « Civil », passer les QT (Qualifications Techniques).
  • La voie privée : cette voie donne accès à tous les métiers (Cf. section « Débouchés » plus bas) via le PPL-H, puis le CPL-H et /ou l’ATPL-H ou la fonction d’Instructeur (FI). Les pilotes peuvent être des « Free-lance » à leur compte ou des salariés. Vous trouverez toutes les informations nécessaires pour devenir pilote dans un Club (souvent situé sur l’aérodrome près de chez vous) ou autour de sociétés spécialisées pour passer votre brevet. Des infos sont aussi disponibles sur le site de la Fédération Française d’Hélicoptère : https://www.helico.org/
devenir_pilote_helico
devenir_pilote_helico

LES MÉTIERS

Pilote d’Hélicoptère

Le pilote d’hélicoptère : c’est un professionnel aéronautique à qui sont attribuées plusieurs missions : le transport, le travail aérien (ravitaillement refuge), les secours etc… des missions diverses et multiples.

Pilote_helicoptere
Pilote hélicoptère
  • Objectif : travailler à la commande ou dans le cadre d’une prestation régulière. Le pilote accomplit un bon nombre de tâches selon le type d’appareils et la compagnie qui a recours à ses services.
  • Formation nécessaire : voir plus bas la section « Moyens pour devenir pilote ».
  • Compétences requises : avoir des aptitudes au pilotage d’aéronef, avoir une excellente aptitude physique et mentale pour faire face à des conditions de vols difficiles. Obtenir le certificat d’aptitude médicale (visite médicale aéro poussée allant jusqu’à 3 jours). Avoir une parfaite maîtrise des cartes aéronautiques et des outils de navigation aérienne ainsi que les connaissances des réglementations en matière de survol de zones sensibles ou non. Tout cela s’apprendra lors de votre formation.
  • Les missions : effectuer des missions de survol à but d’exploration ,de surveillance, de soutien à une équipe au sol (dans l’armée notamment), calculer les heures de vol, déterminer et réaliser des plans de vols selon un programme spécifique, préparer son vol en fonction de la mission, mais surtout, garantir la sécurité des charges et / ou des passagers en assurant à chaque fois le bon fonctionnement de l’appareil.
  • Salaire moyen : de 2100 euros, ou 3300 euros pour le pilote de ligne.

Mécanicien Hélicoptère

Le mécanicien hélicoptère : plusieurs métiers sont possibles : mécanicien aéronautique, technicien de maintenance, technicien en avionique ou électronicien.

Mécanicien Hélicoptère
Mécanicien Hélicoptère
  • Objectif : assurer l’entretien et la réparation des hélicoptères. Mettre à profit son expertise pour le compte de compagnies aériennes, de sociétés de maintenance d’aéronefs ou d’équipementiers. Contribuer ainsi, au bon fonctionnement des appareils afin de réduire les risques de pannes durant les vols et d’optimiser les performances des hélicoptères.
  • Formation nécessaire : être titulaire d’un Bac Pro en Aéronautique, en Aviation Générale ou en Aérostructure avec une mention complémentaire en Hélicoptère à moteurs à turbine. Le métier est aussi ouvert aux personnes disposant d’un CAP Mécanicien cellules d’aéronef ou d’un CAP électricien système d’aéronef.
  • Compétences requises : disposer d’une expertise en systèmes mécaniques, hydrauliques et électriques, connaître les caractéristiques mécaniques et la réglementation des différents modèles d’hélicoptères, être en mesure de lire des schémas techniques et de parler couramment l’anglais et d’en maîtriser les termes techniques.
  • Les missions : élaborer un planning d’entretien conforme à la réglementation, inspecter les pièces des hélicoptères et détecter les pièces défectueuses, analyser les pannes et procéder aux réparations, mettre en place les procédures techniques d’entretien et les consignes de sécurité et enfin rédiger les documents de contrôle et de traçabilité.
  • Salaire moyen : entre 1 500 à 1 600 euros nets par mois en début de carrière, jusqu’à 2 500 euros en fonction de ses responsabilités et du parc d’hélicoptères à gérer.

Ingénieur Hélicoptère

L’ingénieur hélicoptère : nombreuses spécialisations dans ce domaine…

ingenieur_helicoptere
ingenieur_helicoptere
  • Objectif : participer aux projets de développement ou d’amélioration des appareils.
  • Spécialisations :
    • Dessinateur-projeteur en aéronautique
    • Ingénieur calcul aéronautique, d’études hydromécaniques
    • Ingénieur d’études mécaniques
    • Chef de projet en conception mécanique
    • Ingénieur d’études aéronautique
    • Ingénieur d’essais vibrations
    • Rédacteur technique aéronautique
    • Ingénieur aérodynamicien
    • Ingénieur en management de projet aéronautique
  • Formation nécessaire : être titulaire d’un Bac +5 et des spécificités métiers (CAO, DAO, MS project…).
  • Compétences requises : autonomie, travail en équipe…
  • Les missions : dépendent du métier choisi.
  • Salaire moyen : à partir de 30 000 euros par an selon spécialisation.

LES DÉBOUCHÉS

Les différents métiers du pilote d’hélicoptère vous permettront d’accomplir les missions suivantes :

  • Intervention en montagne
  • Intervention catastrophe Naturelle
  • Surveillance
  • Transport
  • Secours et Évacuation
  • Intervention en mer
  • Travaux de précision
  • Intervention rapide (EDF / Dépollution)
  • Reportage
  • Instructeur (FI)
  • Armée de Terre / Marine

LES CONSTRUCTEURS

Il existe plusieurs constructeurs et fabricants de renommée mondiale, les principaux sont :

  • Airbus Helicopters (ex Eurocopter) : le leader européen incontournable avec une gamme civile et militaire. C’est le fabricant de nombreux modèles connus : EC-145 de la sécurité civile « Dragon » ou « Choucas » pour la Gendarmerie, EC-135 du SAMU, les Écureuils du Tour de France…
  • Robinson Helicopter : leader Américain avec ses célèbres R22 et R44.
  • Guimbal : nouveau sur le marché qui commercialise un des meilleur helico bi place le Cabri G2.
  • AgustaWestland : A-109 (Rega (Securité civile) en Suisse), AW119 koala…
  • Bell : Bell UH du film « Apocalypse Now », Jet Ranger, le Bell 412, Bell 429 ou encore le Bell 222 Airwolf (Supercopter)
  • Hughes Aircraft : avec le célèbre MD 500 (Série Magnum).
  • Kamov : Ka-31 bombardier d’eau en Grèce.
  • Sikorsky : UH-60 « Black Hawk » de l’armée américaine ou des « Coast Guard » et « SeaKing » l’hélico du président américain.
  • Mil : Mi-24 (hélico d’attaque de l’armée russe), Mi-28 hélico de transport lourd, un des plus gros du monde…
Hélicoptères civils
Hélicoptères militaires

Plus d’info sur le site de la Fédération Française d’Hélicoptère, sur les différents hélico

PRÊT POUR RÉSERVER UN VOL?

Réservez votre « Bon pour un Vol » ou votre « Pochette Cadeau », à partir de 45 € par personne en cliquant sur le bouton ci dessous…