Infos pratiques ULM Paramoteur

TOUTES LES INFOS PRATIQUES POUR L’ULM PARAMOTEUR

Un parapente motorisé avec une hélice dans le dos… Découvrez des sensations uniques. Du vol découverte (baptême) au vol d’instruction (pilotage), choisissez ce qui vous ressemble…

A SAVOIR

  • Sécurité : c’est le moyen le moins cher de voler, le plus facile à apprendre, un des plus sûr à pratiquer et le plus facile à transporter. Pour la sécurité les Paramoteurs sont vérifiés régulièrement (harnais, suspentes, moteur etc) comme pour un parapente. Contrairement au parachute, si la voile ne se déploie pas, le pilote et son appareil restent au sol. La position du pilote accroché sous la voilure augmente la stabilité de l’ensemble. Si un pilote lâche toutes les commandes, l’appareil se redressera automatiquement pour reprendre sa position naturelle. En vol, un arrêt volontaire ou non du moteur a pour effet de transformer le Paramoteur en simple parapente.
  • Saisons pour voler : toute l’année bien sûr ! Croyez-vous que les pilotes ne volent pas à cause du froid ? et bien non. Un petit secret : les plus beaux vols sont en hiver lorsque tout est figé dehors….
  • Côté pratique : il faut plutôt bien s’habiller pour un vol en Paramoteur. En effet, il fait plutôt froid en altitude. L’été il est possible de voler plus « léger ». Pensez juste à prendre un appareil photo ou votre téléphone portable et une paire de lunette de soleil « pour ne pas trop en prendre pleins les yeux… ».
  • Histoire : né en France en 1988. Il est devenu, en quelques années un sport aérien à part-entière. Il associe un parapente et un groupe moto-propulseur fixé dans le dos du pilote par un harnais ou sur un chariot. C’est le seul aéronef capable de tenir dans deux sacs, pour rentrer dans le coffre d’une voiture.

LE BREVET ET LES QUALIFICATIONS

  • Les Paramoteurs sont considérés, en France, comme des ULM, les monoplaces pouvant être, dans certaines conditions, placés dans la sous-catégorie des « PULMA ».
  • Contrairement au parapente, le brevet de pilote est obligatoire. Il est délivré, pour la partie théorique, par le district aéronautique et pour la partie pratique, par un instructeur qualifié et enregistré auprès du district aéronautique. Il faut donc passer un brevet théorique, puis pratique. Ce brevet est délivré par la DGAC (Direction Générale de l’Aviation Civile). Une fois le certificat théorique tronc commun ULM acquis, l’instructeur Paramoteur est seul habilité à fournir les attestations nécessaires à la DGAC pour l’obtention du brevet de pilote ULM classe 1 Paramoteur.
  • L’examen de la Direction Générale de l’Aviation Civile consiste en un questionnaire de 40 questions, portant sur l’aérologie, les facteurs physiologiques, le matériel, la navigation et la réglementation (questions communes au Brevet Base Pilote Privé avion). 30 bonnes réponses sont exigées.
  • En France la voile de Paramoteur doit être immatriculée dans la partie intrados de la voile.
  • Comme pour le parapente, il faut l’autorisation du propriétaire du terrain de décollage, ainsi que celle du propriétaire du terrain d’atterrissage prévu. Il faut également déclarer par simple lettre au maire de la commune que l’on va utiliser un terrain de sa commune pour atterrir/décoller.

TECHNIQUE DE VOL

  • L’appareil ne requiert que très peu d’espace pour le décollage et l’atterrissage. En fonction de la vitesse des vents, il aura éventuellement besoin d’un seul pas ou de quelques mètres pour le décollage. Il n’est pas rare que les atterrissages s’effectuent simplement en posant les pieds au sol. Les atterrissages s’effectuent moteur coupé.
  • En plus de permettre le décollage à partir du sol plat, et donc d’éviter d’avoir à décoller d’une montagne, la présence du moteur permet également de bénéficier d’une puissance de poussée « sur demande » qui n’est pas disponible en parapente.
  • L’appareil est facile à manier, et il peut effectuer un virage de faible rayon.
  • Sa vitesse de déplacement par rapport au sol est d’environ 40 km/h, à laquelle on ajoute ou on soustrait la vitesse du vent.
  • Record du monde de distance : Ramon MoriLLas, pilote Espagnol – 1150 km
  • Record du monde d’altitude : Julien Barbier, pilote Français – 5700 m

INFORMATIONS GÉNÉRALES ULM

Retrouvez des informations générales sur la pratique de l’ULM : les différentes classes d’ULM

PRÊT POUR RÉSERVER UN VOL?

Réservez votre « Bon pour un Vol » ou votre « Pochette Cadeau », en ULM en cliquant sur le bouton ci dessous…